google-site-verification" content="B8-oXS7NXk8PkCYg3lC42LM89VzPcENxMkW6y1TImI4
Connect with us

Médecine et thérapies

Thyroïde Symptômes Chez la Femme: Problèmes Oculaires en Cas D Hyperactivité de la Glande Thyroïde

Published

on

Thyroïde Symptômes Chez la Femme

Thyroïde Symptômes Chez la Femme Chez les personnes dont la glande thyroïde est hyperactive, des changements peuvent apparaître au niveau des paupières et des muscles qui font bouger les globes oculaires.

La glande thyroïde, qui a la forme d’un papillon et se situe à l’avant du cou, sous le larynx, est responsable de la production d’hormones thyroïdiennes qui contrôlent la façon dont notre corps utilise l’énergie, c’est-à-dire qu’elle détermine la façon dont il utilise l’énergie. chaque cellule l’énergie du corps. Elle affecte donc presque tous les organes du corps et contrôle de nombreuses fonctions, toutes importantes: la respiration, le rythme cardiaque, la digestion ou le poids, entre autres.

Mais lorsqu’elle cesse de fonctionner correctement, des problèmes tels que l’hyperthyroïdie peuvent apparaître, un trouble qui résulte d’une augmentation de la production d’hormones thyroïdiennes par la glande thyroïde. L’hyperthyroïdie auto-immune survient lorsque le système immunitaire produit des anticorps qui provoquent une augmentation de la taille de la glande thyroïde et une production excessive d’hormones. Pourquoi l’hyperthyroïdie apparaît-elle?

La maladie de Graves, la cause la plus fréquente d’hyperthyroïdie

La maladie de Basedow est la cause la plus fréquente d’hyperthyroïdie. Selon la Société espagnole d’endocrinologie et de nutrition (SEEN), elle représente 85 % des hyperthyroïdies. Dans cette maladie, le système immunitaire de la personne reconnaît comme étrangères les propres protéines de l’organisme, qui sont dans ce cas les Thyroïde Symptômes Chez la Femme. En conséquence, l’organisme produit des anticorps capables d’activer la production d’hormones thyroïdiennes, ce qui aboutit à un excès de fonctionnement de la glande. Il en résulte une hyperactivité de la thyroïde.

L’hyperthyroïdie se distingue des autres formes d’hyperthyroïdie par le fait qu’elle peut s’attaquer à différentes parties du corps et fonctions corporelles. Les affections les plus courantes sont généralement la présence d’une glande thyroïde hypertrophiée – le goitre – et les symptômes oculaires. En affectant l’orbite des yeux, l’ophtalmopathie thyroïdienne se produit, une maladie auto-immune pour laquelle le corps commence à générer des anticorps qui produisent des changements dans les tissus mous de l’œil et des muscles, ce qui se traduit par une inflammation et un œdème.

L’ophtalmopathie thyroïdienne peut se développer chez les personnes souffrant d’hyperthyroïdie et entraîner des symptômes tels que l’irritation des yeux, la saillie des globes oculaires,cas de grippe, la rétraction des paupières, la sécheresse des yeux et une vision floue. On estime que chez 20 % des patients, l’hyperthyroïdie provoque des symptômes oculaires, comme cela a déjà été évoqué lors de la session Hyperthyroïdie, comment mes yeux peuvent-ils être affectés?

Le tabac, un autre facteur décisif dans les atteintes oculaires

Bien que la cause de la maladie de Graves soit inconnue, elle est plus fréquente chez les fumeurs. Selon le docteur Elisa Pérez Ramos, chef adjoint du service d’ophtalmologie de l’hôpital de Mostoleño,Thyroïde Symptômes Chez la Femme, “les fumeurs ont un risque accru de souffrir de problèmes oculaires qui est directement proportionnel au nombre de cigarettes fumées chaque jour”. On estime également que le tabagisme est lié aux formes les plus agressives de la maladie et qu’il entrave la réponse au traitement.

Outre le tabac, les experts signalent une autre cause importante des effets oculaires de la pathologie thyroïdienne, à savoir des niveaux élevés d’anticorps antiTSi dans le sang. Selon Pérez Ramos, ces anticorps “déclenchent une réponse inflammatoire dans les tissus entourant le globe oculaire, c’est-à-dire dans le tissu orbitaire” qui, selon le degré d’inflammation, se traduit par des symptômes qui peuvent être bénins – gêne oculaire ou modifications de la morphologie oculaire – ou graves.

Ophtalmologues et endocrinologues, ensemble pour une approche multidisciplinaire et un traitement efficace

Comme nous l’avons déjà vu, les signes indiquant que l’hyperthyroïdie est causée par la maladie de Graves sont la présence d’une maladie oculaire, une thyroïde plus grosse que la normale et des antécédents familiaux de problèmes thyroïdiens.

L’objectif du traitement est de permettre à la thyroïde de fonctionner normalement. Dans le cas de l’ophtalmologie thyroïdienne, une approche multidisciplinaire impliquant des endocrinologues et des ophtalmologues est essentielle pour que la maladie puisse évoluer correctement. Le docteur Pérez l’admet, selon qui “le rôle du diagnostic précoce et de la prise en charge de l’atteinte oculaire” incombe au service d’ophtalmologie.”Quand s’asseoir devient une torture

Thyroïde Symptômes Chez la Femme Dans les cas les plus légers, les symptômes d’ irritation sont améliorés par des larmes artificielles, des compresses froides et des lunettes de soleil. Dans la phase active de la maladie, l’utilisation de corticostéroïdes par voie intraveineuse ou, dans certains cas, un traitement par des agents immunologiques peuvent être nécessaires. Dans les cas les plus graves, lorsqu’il existe un risque de perte de la vision en raison de la compression du nerf optique, il est possible de procéder à une décompression orbitaire, en retirant une partie des os de l’orbite qui entourent le globe oculaire. La chirurgie de réhabilitation peut également être utilisée pour améliorer l’apparence.

Par conséquent, chez un patient souffrant d’hyperthyroïdie, il est important d’évaluer s’il y a une atteinte oculaire. Si c’est le cas, elle doit être prise en charge par une unité multidisciplinaire spécialisée qui peut déterminer la gravité et l’activité de la maladie car, selon le degré, un traitement ou un autre est effectué.

 

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Médecine et thérapies

Vous ne savez pas de quoi parler en thérapie ? 12 éléments à prendre en compte

Published

on

By

Vous ne savez pas de quoi parler en thérapie ?

Si vous ne savez pas de quoi parler en Thérapie, vous pouvez envisager d’évoquer les événements récents de votre vie, vos relations, vos traumatismes, etc.

Partager sur Pinterest

Lorsque j’ai décidé d’aller en Thérapie pour la première fois, j’ai passé tout le trajet en voiture à me dire que j’étais prête à travailler sur moi-même. Mais lorsque je suis arrivée sur place et que je me suis assise sur le divan de mon thérapeute, je me suis tue. Soudain, alors que je me trouvais face à face avec cet étranger dont je savais qu’il était là pour m’aider, je n’avais aucune idée de ce que je voulais dire. Mon esprit s’était tout simplement vidé.

Certes, j’ai toujours été timide, et parler à de nouvelles personnes m’a toujours un peu gênée. Mais je pensais qu’il serait facile de m’ouvrir à un thérapeute puisque c’était moi qui avais choisi de venir. Cela n’a pas été facile.

Je me sentais tellement obligée de tirer le meilleur parti de ma séance que je n’arrivais pas à trouver une seule chose à dire.

À quoi s’attendre

Si, comme moi, vous avez eu du mal à vous ouvrir lors de vos premières séances, ou si, depuis un certain temps, vous avez l’impression d’être à court de choses à dire, vous n’êtes pas seul.

“Il n’est pas rare que les gens arrivent à la séance et ne soient pas sûrs de ce qu’ils veulent dire”, explique Jessica Small, thérapeute conjugale et familiale agréée.

Il n’est pas facile de s’ouvrir et cela ne va pas toujours de soi, surtout lorsque l’on commence à connaître son thérapeute. Pour vous aider à vous ouvrir, certains thérapeutes peuvent procéder à une évaluation afin de mieux vous comprendre et de mieux cerner vos besoins. Cela peut aider à établir un plan pour les séances à venir.

D’autres thérapeutes peuvent vous laisser mener la conversation. Si vous ne savez pas comment entamer une conversation avec votre thérapeute ou si vous ne savez pas de quoi parler, voici 12 éléments à prendre en considération.

Les “petits” problèmes

Il est facile de penser qu’il faut parler de questions “profondes” ou “sérieuses” en Thérapie. Mais rappelez-vous qu’il n’y a pas de sujet “correct” à aborder en Thérapie. Vous pouvez parler de tout ce que vous voulez.

Il est vrai que certaines personnes viennent en thérapie pour aborder un sujet spécifique, comme l’anxiété ou la dépression. Mais parfois, les gens traversent une période de transition dans leur vie et ont besoin de quelqu’un avec qui parler et qui les aide à faire face au changement.

Si vous avez du mal à vous ouvrir, Mme Small vous rappelle que rien n’est interdit.

“Les gens parlent de tout en Thérapie. Ils parlent de leurs espoirs, de leurs rêves, de leurs peurs, de leurs déceptions, de leurs blessures, de leur honte, de leurs conversations avec leur mère, de leurs interactions avec leur partenaire, de ce qu’ils perçoivent comme des échecs en tant que parents, de leur sexualité ou de leur dernier rendez-vous galant”, explique-t-elle.

Vous ne savez pas par où commencer la séance ? Commencez par récapituler ce qui s’est passé depuis la dernière fois que vous avez vu votre thérapeute – les bons et les mauvais côtés – et, à partir de là, voyez ce que vous voulez explorer plus avant ensemble.

Modèles et comportements

Il peut être utile de suivre vos pensées, vos schémas et vos comportements en tenant un journal entre les séances de Thérapie. Cela peut s’avérer particulièrement utile si vous êtes timide ou si vous avez du mal à vous souvenir des choses sur le champ.

Vous n’êtes pas obligé d’apporter votre journal avec vous ou de le lire pendant la séance. Mais le fait d’écrire les choses vous permet de rechercher des schémas dans vos sentiments et vos comportements que vous pourriez vouloir aborder avec votre thérapeute, suggère Mme Small.

“Par exemple, une personne peut observer qu’elle ne se sent pas à la hauteur ou qu’elle manque de confiance en elle, et ce serait une bonne chose à aborder avec son thérapeute”, dit-elle.

Sentiments actuels

Vous vous êtes peut-être senti triste, en colère ou déprimé au cours de la semaine, mais si ce n’est pas le cas en ce moment, vous n’avez pas besoin de commencer par là.

Concentrez-vous sur ce que vous ressentez dans le présent et dites simplement ce que vous ressentez, même si ce que vous ressentez est simplement “Je n’avais pas vraiment envie de prendre cette heure de thérapie aujourd’hui parce que je suis débordé au travail”.

La vérité est que ce que vous attendez d’une thérapie change d’un jour à l’autre. Ce n’est pas grave si vous êtes allé en pensant que vous alliez parler de

Rumination

La dépression et l’anxiété peuvent toutes deux s’accompagner de rumination, c’est-à-dire d’une tendance à ressasser les mêmes pensées.

Si vous avez eu du mal à vous endormir un soir de cette semaine parce que votre esprit n’arrêtait pas de penser à quelque chose que vous auriez aimé faire ou que vous vous inquiétiez d’un événement à venir, c’est souvent un bon point de départ pour votre séance.

Les relations

Il ne s’agit pas seulement de votre vie amoureuse. Parlez à votre thérapeute de toutes vos relations, qu’il s’agisse de votre partenaire, de votre famille ou de vos amis.

Avez-vous l’impression d’avoir du soutien à la maison ? Avez-vous l’impression d’avoir d’autres personnes avec qui partager vos sentiments ou avez-vous des difficultés à vous ouvrir aux autres, et pas seulement à votre thérapeute ?

Les relations sont importantes pour votre santé mentale et jouent un rôle important dans votre humeur et vos sentiments au quotidien.

Par conséquent, si vous évitez les appels de votre mère, même si vous l’aimez, informez-en votre thérapeute et vous pourrez peut-être explorer ensemble les raisons pour lesquelles vous l’évitez.

Traumatismes du passé

Cela peut sembler évident – ou évoquer des images stéréotypées de Freud allongé sur une chaise longue – mais la vérité est que si vous vous êtes concentré sur votre présent lors de vos dernières séances, vous n’avez peut-être pas eu le temps de parler de votre passé à votre thérapeute.

Par exemple, vous avez peut-être passé le dernier mois à parler à votre thérapeute de vos problèmes relationnels actuels, mais vous n’avez jamais abordé vos relations passées ou le mariage de vos parents.

Prendre un moment de recul par rapport à votre présent et choisir de parler de votre passé pourrait vous aider à aborder certains sentiments que vous avez refoulés ou laissés en suspens.

Les nouveaux défis de la vie

Selon Nicholas Hardy, psychothérapeute à Houston (Texas), les personnes qui suivent une thérapie ont généralement quelque chose à régler. “Cependant, il ne s’agit pas toujours d’un problème. Parfois, il s’agit d’un sentiment ou d’une émotion qui ne leur est pas familier”.

“Lorsque les clients découvrent de nouveaux aspects de la vie, comme la naissance d’un enfant, le mariage ou le déménagement, cela peut mettre en lumière des aspects inexploités de leur vie qu’ils ont besoin d’aider à comprendre”, poursuit-il. “Même s’ils ne sont pas toujours capables d’exprimer ce qu’ils ressentent, ils sont en mesure de reconnaître que quelque chose est différent.

 Pensées et conflits évités

Il peut s’agir de quelque chose que vous avez honte de penser, ou de quelque chose qui vous semble “stupide” de vous inquiéter. Il peut s’agir de quelque chose que vous jugez “insignifiant” ou “stupide”.

Nous nous censurons tous et nous jugeons nos sentiments. Mais la thérapie est précisément l’endroit idéal pour explorer toutes nos pensées et tous nos sentiments, même ceux que nous pensons ne pas devoir éprouver.

Il n’y a pas de mal à ressentir ce que l’on ressent, et il n’y a pas de mal à l’évoquer en thérapie.

“Parfois, je demande à mes clients de réfléchir à ce dont ils aimeraient le moins parler ce jour-là”, explique Mme Rapoport. “C’est généralement un bon signe pour savoir où se situe le problème.

 Difficulté à s’ouvrir

Si vous avez du mal à vous ouvrir en ce moment et que vous ne savez pas exactement pourquoi, parlez-en à votre thérapeute. Il y a peut-être là quelque chose à explorer.

“Même si un sujet n’est pas abordé immédiatement en raison d’un malaise, il est utile de comprendre les obstacles qui vous empêchent de vous ouvrir sur un sujet particulier”, explique Mme Hardy.

Malaise face à la thérapie

La confiance prend du temps à s’établir et il n’est pas facile de partager ses pensées et ses sentiments avec un étranger. Si vous avez du mal à faire suffisamment confiance à votre thérapeute pour vous ouvrir, ce qui est tout à fait normal, n’hésitez pas à lui en parler.

Grâce à cette information, votre thérapeute pourra travailler à l’établissement d’une base de confiance qui vous permettra de vous ouvrir davantage par la suite.

Quand mettre fin à la thérapie

La psychothérapie n’est pas censée durer éternellement. Par conséquent, si vous aviez l’habitude de trouver facilement des sujets de conversation et que ce n’est plus le cas aujourd’hui, c’est peut-être le signe que vous avez atteint un point final.

Il est tout à fait normal d’avoir l’impression de ne plus avoir besoin de thérapie après un certain temps. “En tant que thérapeute, nous voulons nous débarrasser de notre travail”, explique Mme Small.

Mais avant d’arrêter, assurez-vous que vous mettez fin à la Thérapie parce que vous avez vraiment obtenu ce dont vous aviez besoin de vos séances, et non parce que vous n’êtes pas satisfait de votre thérapeute.

Une étude réalisée en 2019 auprès de 99 adolescents âgés de 11 à 17 ans a révélé que les personnes qui avaient mis fin à leur thérapie pour cause d’insatisfaction obtenaient de moins bons résultats que celles qui l’avaient interrompue parce qu’elles estimaient avoir “obtenu ce dont elles avaient besoin”.

Pour faire la différence, Mme Rapoport recommande de se remémorer la première séance. “Avez-vous l’impression d’avoir accompli ce que vous aviez prévu d’accomplir ? Si c’est le cas, avez-vous identifié de nouveaux objectifs en cours de route que vous pourriez remplacer par d’autres ?

Continue Reading

Trending